Typographie

FAMILLES DE CARACTÈRES

CLASSIFICATION THIBAUDEAU

Classification proposée par le typographe Francis Thibaudeau (1860-1925), dans son ouvrage La lettre d’imprimerie (1921), qui regroupe les caractères en quatre grandes familles en fonction de la forme de leurs empattements.

Elzévirs

ELZÉVIRS

Empattements triangulaires

didots

DIDOTS

Empattements filiformes

égyptiennes

ÉGYPTIENNES

Empattements quadrangulaires

antiques

ANTIQUES

Sans empattements

CLASSIFICATION VOX-ATYPI

Élaborée en 1953 par Maximilien Vox et complétée en 1962 par l’Association Typographique Internationale (ATypI), la classification Vox-Atypi est la plus couramment utilisée. Elle est basée sur l’origine historique de caractères et sur leurs esthétiques. Face à la diversification des systèmes d’écriture, l’ATypI a renoncé à cette classification en avril 2021.

CLASSIQUE

humanes

Humanes

Vénitiennes

FIN DU XVᵉ SIÈCLE

Premiers caractères gravés, inventés par les imprimeurs vénitiens, elles s’inspirent des écritures des manuscrits humanistes italiens.

humanes hge

- Pleins & déliés faiblement contrastés
- Axe nettement incliné
- Traverse « e » oblique

TRADITION

SAVOIR

CULTURE

garaldes

Garaldes

Transitionnels

XVI-XVIIᵉ SIÈCLE

Contraction du nom C. Garamont et Alde Manuce. Conçues pour réaliser la transmission du savoir souhaité par François Ier.

garaldes hge

- Pleins & déliés plus contrastés
- Axe oblique
- Traverse « e » horizontale

LITTÉRATURE
SENSIBILITÉ
SOUPLESSE

réal

Réales

Romain du Roy

XVIIIᵉ SIÈCLE : SIÈCLE DES LUMIÈRES

Commandées par Louis XIV en réponse aux imprimeurs hollandais. Dessinées à la règle et au compas, elles incarnent le rationalisme et le réalisme.

- Pleins & déliés très contrastés
- Axe quasi-vertical
- Empattements triangulaires

RATIONNEL
PRESTIGE
AUSTÉRITÉ

MODERNE

Didones

Bodoniens

FIN DU XVIIIᵉ SIÈCLE : EMPIRE & RESTAURATION

Contraction de Didot & Bodoni. Aboutissement du processus de rationalisation. Symboliquement fortes : après la Révolution, on peut créer des polices sans ordre officiel.

– Pleins & déliés très contrastés
– Axe vertical
– Empattements fins et horizontaux

ROMANTIQUE
BOURGEOISIE
RAFFINEMENT

Mécanes

Égyptiennes

XIXᵉ SIÈCLE : RÉVOLUTION INDUSTRIELLE

Elles se développent avec l’essor de l’industrie et de la réclame. Elles s’inspirent des inscriptions monumentales de l’Antiquité.

– Pleins & déliés peu contrastés
– Axe vertical
–  Empattements rectangulaires massifs

POPULAIRE

INDUSTRIELLE

PUISSANCE

Linéales

Grostesques

FIN DU XIXᵉ SIÈCLE – DÉBUT DU XXᵉ SIÈCLE

Évolution des mécanes, inventées pour les affiches publicitaires pour leur très grande lisibilité. Elles se divisent en cinq sous-catégories : les grotesques, les humanistiques, les géométriques, les modernes et les contemporaines.

– Pleins & déliés peu contrastés
– Axe vertical
– Sans empattements

MODERNE

SIMPLICITÉ

INFORMATIVE

CALLIGRAPHIQUE

Incises

Romanes, lapidaires

DEUXIÈME MOITIÉ DU XXᵉ SIÈCLE

Inspirées des caractères lapidaires (gravés dans la pierre) notamment du caractère latin « Capitalis monumentalis » (450 avt. Jc.). 

- Fûts évasés
- Lettres capitales
- Empattements petits et triangulaires

INSTITUTIONNELLE

ADMINISTRATIF

LOI

Scripts

Anglaises, cursives

Imite l'écriture manuscrite naturelle tracée à la plume, au feutre ou au pinceau… 

– Forte inclinaison
– Ligatures
– Liberté des courbes

HUMAINE

SINGULIÈRE

PERSONNELLE

Manuaires

Onciales

S’inspirent des lettres manuscrites dessinées au Moyen Âge. Ce sont des écritures non liées qui évoquent une certaine convivialité.

– Pas de ligatures

IMAGINAIRE

MOYEN ÂGE

BIBLIQUE

Fractures

Gothiques, Médiévales

Font références aux écritures médiévales manuscrites dites « gothiques ». Elles privilégient le monumental à la lisibilité. Elles ont été abondamment utilisées dans la culture germanique.

– Rondeurs brisées
– Contre-formes étroites
– Forte densité noire

HISTORIQUE
MÉDIÉVALE
GERMANIQUE

AUTRES

Fantaisies
Hors classification

Caractères aux formes inclassables dans les autres catégories. Utilisés pour les titrages, elles ne sont pas conçues pour être particulièrement lisibles.

ARTISTIQUE

LUDIQUE

Non-latines

 

Comprend tous les caractères qui ne sont pas fondés sur l’alphabet latin : hébreu, grec, arabe, japonais, etc.